Les cabinets d’avocats au défi de la création de contenus

Le temps où la presse était le seul vecteur de visibilité des avocats est révolu. Place à un desserrement bienvenu et, avec lui, à de réelles opportunités : dans un secteur hautement concurrentiel, la capacité à gagner en visibilité et, plus encore, à s’affirmer comme une autorité dans son domaine constituent des atouts concurrentiels déterminants. La clé pour atteindre ce graal ? Déployer une stratégie éditoriale précisément calibrée.

Droit corporate, des assurances, des médias, du numérique, de l’immobilier… Quelles que soient leurs spécialités, les cabinets d’avocats d’affaires se trouvent confrontés à des problématiques proches en termes de communication. L’enjeu majeur : parvenir à faire connaître leurs expertises auprès de leur écosystème (prospects, clients, partenaires, mais aussi de potentiels nouveaux collaborateurs) et, ce, alors même qu’ils ne peuvent consacrer qu’un temps limité à cet exercice chronophage.

Clairement, la question n’est plus tant de savoir s’il faut communiquer, mais comment ! Car si les avocats pénalistes ont depuis longtemps occupé le terrain médiatique et les avocats corporate / M&A celui de la presse, nombreuses autres opportunités existent.  En effet, occuper l’espace ne se fait plus uniquement par les médias : réseaux sociaux, sites internet, mailing. Avec la possibilité d’établir des liens directs avec clients et prospects, ce sont bien ces « nouveaux » espaces qu’il faut investir, pour gagner la bataille de l’attention et montrer sa valeur ajoutée.

Une communication valorisée par des contenus adaptés aux besoins de ses clients

Le droit est un secteur qui, par nature, est en perpétuelle évolution. Ce qui en fait autant d’opportunités de communication pour l’avocat conseil : en se positionnant au gré de l’actualité, il répond aux attentes de ses cibles, qui doivent – rapidement – appréhender de nouvelles réglementations, avec un impact direct sur leur business. Autrement dit, il ne « communique » pas : il décrypte, il détaille, il explique. Et à travers ces modes d’expression, son expertise est valorisée. Le public cible est ici constitué des décideurs au sens large : CEO, directeurs généraux, directeurs juridiques directeurs administratifs et financiers… Objectif ? Leur fournir une information experte pertinente.

Sur chacun des formats choisis, la stratégie éditoriale devra trancher une série de questions :

  • Le fond : quels contenus correspondant à mon cœur d’expertise seront pertinents pour mes cibles ?
  • Le traitement : comment être impactant ? Quel niveau de précision est attendu au regard du format ? Quel niveau de complexité ? Quel calibrage ?
  • La diffusion : quels canaux ? Quelle régularité ?

Point important : un écueil classique consiste à vouloir prouver son expertise en déployant un niveau de technicité excessif, finalement décourageant pour le public cible. Le but est de rendre les informations compréhensibles, de faire vivre l’expertise en prenant soin, évidemment, de ne pas la trahir. On touche là au cœur de métier de l’agence éditoriale : s’appuyer sur une expertise de la stratégie de communication, mais aussi rédactionnelle et sectorielle (via notamment le recours à des rédacteurs juridiques spécialisés et la participation, le cas échéant, d’associés et/ou collaborateurs) pour trouver le ton juste, puis définir et déployer le dispositif adapté. Avec à la clé pour le cabinet un gain de temps substantiel.   

De nombreux leviers éditoriaux à activer

Pour communiquer sur la matière juridique, les formats sont multiples – et accessibles à tous les domaines du droit :

  • Proposez des articles experts sur l’actualité juridique (exemple : l’impact business d’une réglementation donnée)
  • Publiez des tribunes sur une réglementation ou actualité juridique, voire parlementaire, qui prête à discussion à un instant T (exemple : impact de la mise en service du parquet européen sur les droits de la défense en matière pénale des affaires)
  • Envoyez des newsletters et « flash info » à vos cibles business
  • Répondez à des interviews pour votre blog ou site internet
  • Mettez en ligne des vidéos de décryptage d’une actualité ou de présentation de vos métiers pour les candidats (format Konbini / Brut)
  • Valorisez votre cabinet grâce à des brochures et fiches « profil cabinet » qualitatives, que vous pourrez également utiliser pour les classements (Chambers, Legal500, Décideurs)

Mais la production des contenus ne constitue qu’une partie du travail. Reste ensuite à s’assurer… qu’ils soient lus. Sur ce point, en complément du site Internet voire d’une newsletter, LinkedIn fait désormais figure de passage obligé. Avec près de 775 millions d’utilisateurs dans le monde et 16 millions inscrits en France (dont la plupart des décideurs)[1], la plateforme est à la fois un lieu d’échange privilégié pour les acteurs d’un secteur donné et une ressource pour trouver des informations sur des domaines précis. Offrant la possibilité d’opérer des campagnes de ciblage précises, le site se révèle extrêmement efficace pour développer une stratégie de production de contenus régulière auprès d’une audience qualifiée. Et se révèle ainsi un levier précieux d’acquisition de nouveaux clients.   

[1] https://www.blogdumoderateur.com/chiffres-linkedin/

Publié le 21 avril 2022 par Team Edito

Nos experts éditoriaux analysent pour vous les grandes tendances du marché des contenus.

Inscrivez-vous pour recevoir en avant-première nos prochaines notes de recherche.