Comment faire vivre son rapport RSE toute l’année ?

Produire un rapport RSE ou de développement durable représente un investissement considérable en temps, efforts et ressources. Loin d’être une simple formalité annuelle à cocher, ce document doit être le reflet de vos engagements. Pour qu’il ait un véritable impact, il est essentiel de faire vivre le contenu de son rapport RSE tout au long de l’année.

Vous souhaitez déployer un plan de communication autour de votre rapport RSE ?

Pourquoi c’est important ?

Quatre points clés selon nous justifient de faire vivre votre Rapport RSE tout au long de l’année, en divers formats :

  • Vos audiences ne vont pas toutes consulter votre rapport RSE de A à Z
  • Elles n’ont pas toutes le même niveau de connaissance de ce sujet technique
  • Elles n’ont pas le même temps à y consacrer
  • Et privilégient différents canaux d’information

Un rapport RSE bien conçu regorge de contenus de haute qualité : histoire et trajectoire de l’entreprise, données chiffrées, témoignages de parties prenantes, etc. Cette mine d’or ne doit pas rester confinée entre les pages d’un document. En développant ces contenus sur plusieurs supports et en les diffusant de manière continue, vous renforcerez l’engagement de vos audiences, tout en donnant une meilleure visibilité à vos réalisations RSE.

Recycler vos informations pour les adapter aux attentes de vos audiences

1. Cartographiez vos audiences et canaux prioritaires

Une cartographie précise de vos différentes audiences vous permettra d’identifier les contenus les plus pertinents pour chacune d’entre elles, ainsi que les canaux de diffusion les plus efficaces pour les toucher. Vos collaborateurs seront probablement plus réceptifs aux informations relayées via la newsletter interne, tandis que vos investisseurs privilégieront vos rapports financiers et publications sur LinkedIn.

2. Identifiez vos messages clés et actions emblématiques, sans tomber dans le “saupoudrage”

Ayez en tête le principal écueil qui guette les entreprises : le risque de dissonance entre leurs déclarations, et les actions réellement menées. Un exemple que l’on voit encore (trop) souvent : promouvoir des valeurs comme la diversité et l’inclusion. Cela peut résonner avec les attentes actuelles de vos collaborateurs actuels et futurs. Mais, si à l’épreuve des faits, rien (ou pas grand-chose) n’est concrètement mis en place, vous tomberez en plein social washing.

Pour éviter cela, faites le tri et hiérarchisez vos actions autour de vos grands piliers RSE :

  • Vos programmes phares ancrés dans votre cœur de métier et vos enjeux business
  • Vos partenariats et/ou événements coconstruits avec d’autres acteurs engagés de votre secteur. Cela démontrera votre volonté d’inscrire votre démarche dans une dynamique collective de progrès.
  • Les prises de parole du top management (CEO, C-Level, etc.) qui montent l’implication au plus haut niveau de l’entreprise
  • Les réalisations terrain, témoignages concrets de vos collaborateurs impliqués au quotidien dans la mise en œuvre opérationnelle de vos programmes.
  • Les indicateurs de performance, communiquez sur vos avancées à l’aide de données factuelles : émissions de CO2 réduites, déchets valorisés, heures de formation prodiguées, etc. Des données objectives qui rendront vos progrès tangibles.

Ce sont ces informations qu’il faudra recycler et décliner avec justesse pour faire vivre votre rapport RSE selon les attentes de vos audiences. Cela exige donc une fine compréhension des préférences de chaque public cible, couplée à une gestion rigoureuse et authentique de vos messages à travers l’ensemble de vos supports de communication.

Créez différents niveaux de lecture

La clé pour capter l’attention de vos différentes audiences sur la durée réside dans votre capacité à leur proposer des contenus adaptés à leurs besoins et leurs disponibilités du moment. Plutôt qu’un format unique, envisagez de décliner votre rapport RSE en plusieurs niveaux de lecture complémentaires.

Pour les plus pressés, misez sur l’impact visuel avec un contenu percutant et synthétique : une vidéo “messages clés” en motion design ou une infographie affichée dans vos locaux. L’objectif ? Susciter la curiosité pour aller plus loin.

  • Ceux qui disposent de quelques minutes apprécieront de pouvoir approfondir leur compréhension du sujet via un format court, mais dense. Un article de fond, un témoignage vidéo d’un dirigeant ou encore un podcast d’une dizaine de minutes. De quoi cerner les enjeux de l’entreprise sans se perdre dans les détails.

  • Pour les audiences averties, proposez des contenus plus longs et bien structurés. Un Digest de votre rapport RSE qui condense vos enjeux et votre trajectoire dans un document graphique, une vidéo décryptant en profondeur une thématique ou encore une série de témoignages explorant différents angles.

  • Enfin, réservez un niveau « expertise » aux personnes les plus investies qui veulent creuser en profondeur le sujet. Une étude ou un livre blanc sur l’une de vos thématiques de prédilection (biodiversité ou réduction de l’impact carbone par exemple), un webinaire dans lequel vos audiences pourront poser leurs questions à vos experts internes.

En offrant cette pluralité de niveaux de lecture, vous répondrez aux différents degrés d’appétence et d’intérêt de vos publics. Chacun pourra s’informer selon son propre rythme, ses disponibilités et ses objectifs. Votre rapport RSE vivra dans la durée, tout au long de l’année et son impact sera maximisé.

Faire vivre son rapport RSE toute l’année

Publié le 12 juin 2024 par Julianne Clamens

À découvrir aussi

Gestion de crise : comment renforcer sa réputation ?

LIRE PLUS

Communication interne : les meilleurs contenus pour fédérer vos collaborateurs

LIRE PLUS

Marketing B2B : les 5 formats incontournables

LIRE PLUS